virginiepache.ch ETIOPSYCHOLOGIE® MLC©
____________________________ Virginie Pache _________________ thérapeute psycho-corporel
Accueil
L'étiopsychologie®
La MLC©
Formations
Contact
Plan du site
Témoignages de mes patients

Femme (anonyme), 42 ans

On m'a dit timide, réservée et parfois mélancolique... Je n'aurais jamais imaginé pouvoir mettre un nom sur la cause de mon mal-être. Elle s'appelle maltraitance psychologique. Elle a fait beaucoup de dégâts durant mon enfance et me fait encore souffrir aujourd'hui. Je suppose que si j'avais pu choisir, j'aurais probablement préféré la violence des coups à celle des mots qui la rend invisible... Invisible comme moi ! L'impression de ne pas exister, le sentiment d'être de trop, la sensation de vide, d'infériorité, d'inutilité jusqu'à la culpabilisation d'être en vie. Enfin ! En vie... Quelle vie ? Celle des manques de reconnaissance, d'estime de soi et de confiance qui entraînent la fuite, le repli sur soi, le silence, l'isolement, la peur de tout, et une profonde solitude. Je me disais souvent "je ne suis pas seule, je suis avec moi". Mais qui suis-je moi ? Une petite fille qui tente de plaire à sa maman pour qu'elle lui pardonne d'être responsable de tous ses maux et de lui avoir gâché sa vie... pour qu'elle l'aime un peu sans jamais y arriver... alors que sa seule erreur est probablement celle d'être née... Une petite fille soumise, dévalorisée, ignorée et manipulée qui a besoin de l'approbation des autres pour ses moindres mouvements, paroles, décisions car elle est constamment dans le doute, la comparaison, le dénigrement, la méfiance et la peur du rejet. Une petite fille qui ne sait pas qui elle est car on l'a empêchée de s'épanouir et de s'exprimer avec des mots, si bien que les maux ont pris le relais sous la forme de crises d'angoisse puis de troubles anxieux généralisés. Combien de fois j'ai cru voir la fin, alors que ma vie n'avait pas encore commencé ?! Je manque d'air, j'étouffe... je meurs ? Non ! Je m'accroche pourtant à la vie et à l'espoir d'être heureuse un jour !


Je m'accorde enfin le droit d'en prendre le chemin en desserrant petit à petit mes bandages de "momie" qui me paralysent pour tenter de m'ouvrir à la vie. J'ai l'impression d'avoir tellement de choses à rattraper et de vides à combler ! Que de moments gâchés et perdus à jamais ! J'essaie d'accepter ce que j'ai vécu, et qui fait ce que je suis aujourd'hui, en me pardonnant de n'avoir pas pu/su réagir plus tôt... et en apprenant à être plus aimante envers moi-même... pour me sentir libre de devenir enfin MOI !


février 2015


Alain, 42 ans
 
Je m’étais fixé quatre objectifs au départ, objectifs que je trouvais ambitieux. J’étais déterminé, décidé et je me suis livré pour mieux me délivrer.
 
J’avais déjà fait un bon bout de chemin ces dernières années mais il restait en moi certains "travers" qui me déplaisaient et que j’avais l’impression de ne pas pouvoir gérer, sur lesquels même avec de la volonté je n’avais pas de prise. A quelque part, j’étais sûr de pouvoir vivre mieux.
 
Bref j’ai du plaisir dans tout ce que je fais. Autant dire que cela change la vie de toute la famille. Je ne fais plus de plans sur les jours ou les semaines à venir. Je vis pleinement les choses au jour le jour. Je suis positif. Auparavant j’étais sans cesse "blessé" physiquement : tout cela a disparu, je suis bien dans mon corps et dans ma tête.
 
MERCI Virginie de m’avoir accompagné et aidé à améliorer mon quotidien. Merci pour ton écoute attentive, tes suggestions de lecture et nos intenses discussions.
 
janvier 2012
 

Christine, 48 ans
 
Il y a plusieurs mois, je me trouvais dans une période particulièrement difficile de ma vie et j’avais presque perdu le sommeil.
 
J’avais lu un article sur l’étiopsychologie® qui m’avait interpellée. J’ai pris rendez-vous avec Mme Virginie Bruchez qui m’a reçue avec beaucoup de gentillesse.
 
Elle m’a fait prendre conscience de tous les points négatifs que j’avais accumulés et enfouis au fond de moi depuis des années et qui me perturbaient dans ma vie privée et professionnelle.
 
Grâce à ses séances, j’ai pris confiance en moi, je gère mieux mes angoisses et j’ai retrouvé un sommeil réparateur. Mes relations avec mes proches sont plus agréables et dans mon travail je me sens plus valorisée. Je m’épanouis un peu plus chaque jour.
 
Je remercie Virginie pour son aide précieuse.
 
décembre 2011
 

Pascal, 42 ans
 
Il est vrai que j’étais un peu sceptique, mais le résultat est là. Je me sens beaucoup mieux après avoir suivi cette nouvelle thérapie qui m’a parlé.
 
J’ai beaucoup travaillé pour avancer, avec ton aide Virginie et je t’en remercie encore. Je me sens bien avec moi et je peux mieux avancer dans ma vie et cela grâce à toi et ton travail, et mon travail sur moi aussi.
 
A recommander si ça vous parle. Ne pas hésiter.
 
Merci beaucoup encore.
 
novembre 2010
 

Marianne, 46 ans
 
Depuis quelque temps, j’avais toujours le ventre tendu et la gorge serrée. Je ne voulais plus sortir, ni voir du monde. Un jour, je tombe sur un article de journal parlant de l’étiopsychologie® et une semaine plus tard, j’écoute son émission à la radio et je me dis : cette thérapie est pour moi.
 
Effectivement, depuis ces séances, j’ai toute confiance en moi, j’aborde beaucoup plus facilement les gens, je discute avec plaisir et je ne suis plus stressée. Virginie fait partie de ma vie, car chaque fois que je me surprends d’une attitude ou d’un comportement, je me dis « ça c’est du Virginie » et je me sens bien.
 
Encore merci beaucoup pour ta patience, ton humour et ton écoute.
 
décembre 2009
 

Isabelle, 49 ans
 
En écoutant la radio j’ai entendu pour la première fois parler de l’étiopsychologie®. Après avoir encore lu un article dans un journal, j’ai pris contact avec Virginie Bruchez.
 
J’ai suivi une thérapie durant 8 mois qui m’a beaucoup aidé physiquement et mentalement. J’ai appris à me libérer de beaucoup de problèmes et à présent je me sens bien dans mon corps et j’ai pris confiance en moi.
 
Cette thérapie a été une chance d’apprendre à pardonner et à avoir une meilleure relation avec mes parents et ma famille.
 
Encore merci Virginie pour tout le travail que vous m’avez enseigné pour avancer.
 
novembre 2009
 

Marie, 18 ans
 
Je suis heureuse d’avoir fait l’expérience de l’étiopsychologie®. Je connais enfin mes réels besoins. J’ai compris de nombreuses choses sur mon passé, mes souvenirs disparus depuis l’enfance ont fait surface. Certains certes pas très beaux : ils ont réapparu tellement naturellement qu’ils ne m’ont pas blessé, mais guéri de nombreux conflits intérieurs.
 
Je peux à présent accepter et pardonner le mal qu’on a pu me faire, prendre un nouveau départ. Je vis enfin ce que je suis, et ne vis plus à travers les autres. Les gens trouvent que j’ai pris confiance en moi, je ne me suis pas rendu compte de cela, tout va tellement naturellement.
 
L’étiopsychologie® m’a donné les outils pour avancer en sécurité dans ma vie. Je crois en moi et en l’avenir.
 
Merci pour cette rencontre !
 
mars 2009
 

Leila, 13 ans
 
En 10 séances d’étiopsychologie® sur 4 mois, j’ai arrêté d’être hyper sensible aux remarques et aux agressions des autres, j’ai trouvé le moyen de mieux me défendre... :o) Maintenant je me sens mieux dans ma peau, je suis plus positive et vais beaucoup plus vers les autres qu’avant... :o) Et en plus j’ai perdu 5 kilos ! :oD
 
janvier 2009
 

Sarah, 21 ans
 
Virginie, à travers ce témoignage je tiens d’abord à te remercier pour le travail que tu as effectué (qui a été efficace), ta patience envers moi et les conseils que tu m’as prodigués. Lorsque je t’ai rencontré la première fois, j’étais assez sceptique par rapport à cette nouvelle approche qu’est l’étiopsychologie®.
 
Je venais d’achever une histoire sentimentale (ma première histoire d’amour) de plusieurs années, j’avais pris du poids et attrapé des boutons. Je vivais constamment dans le stress (les études, la famille …), dans le souvenir de mon premier amour, je me renfermais et mes relations avec autrui se ternissaient. Bref en un mot : j’étais mal dans ma peau !
 
Grâce à Virginie, je me suis prise en main. Au fil des séances j’ai réussi à faire mon deuil, à perdre du poids, à soigner mes boutons et à vivre plus sereinement. J’allais beaucoup mieux. J’ai amélioré la relation que j’entretenais avec ma famille, notamment ma maman mais également mes proches. D’ailleurs, j’ai pu comprendre mes maux ainsi que leur origine.
 
Encore MERCI…
 
décembre 2008
 

Yves-Laurent, 43 ans
 
A la suite des séances d’étiopsychologie® de Virginie Bruchez, je me sens en phase avec moi-même et j’utilise au mieux mes capacités. J’ai appris à m’affirmer. Cela est utile, par exemple, pour mieux gérer mes relations avec les autres. De même, j’ai pu développer ma créativité et mon intuition, utiles pour augmenter ma confiance en moi.
 
Il est parfois difficile de garder son calme ou de contenir sa tristesse. Grâce à Virginie Bruchez, je sais qu’il est sain de les laisser exploser quand cela se justifie. Virginie m’a révélé les attitudes me permettant de choisir les émotions que je souhaite éprouver. J’ai pu ainsi transformer mes émotions désagréables en tenant compte de leurs composantes, ou éviter l’émergence d’émotions envahissantes.
 
novembre 2008
 

Youna, 27 ans
 
Je voudrais par ce témoignage remercier Virginie qui a pris de son temps pour me tendre la main. Elle m’a soutenu avec sa gentillesse et sa joie de donner et de recevoir, et grâce à ses soins j’ai pu me libérer de gros problèmes qui rendaient mon existence parfois bien douloureuse.
 
Merci encore du fond du coeur pour ton sourire et pour ton travail Virginie !
 
octobre 2008
 

Elisabeth, 51 ans 
 
J’ai suivi 12 séances d’étiopsychologie® sur une période de 4 mois. Je me sens simplement bien dans ma tête et bien dans mon corps. Je suis devenue plus consciente du présent, de la valeur de la vie. Certains stress ont disparu, ce qui me donne cette sensation de grande paix intérieure et de sérénité. Les objectifs fixés au début de la thérapie ont été réalisés, à ma grande surprise.
 
Merci à Virginie pour son beau travail et son énergie très positive.
 
Je suis vraiment super bien, j’ai perdu 5 kilos et je suis plus amoureuse que jamais, ça donne des ailes…
 
août 2008
 

Sylvianne, 43 ans 
 
En octobre 2007, durant 2 mois, je suis tombée dans une dépression profonde et j’ai suivi la filière normale d’un dépressif valaisan : arrêt de travail, anti dépresseurs, séance avec un psychiatre.
 
Durant cette période, j’ai eu 2 grandes chances: la première, une conférence donnée par un médecin qui disait qu’une dépression n’est pas une fin mais un recommencement. La seconde a été de faire la connaissance de Virginie et de l’étiopsychologie®.
 
Mon principal problème avant de la rencontrer était le manque de confiance en moi et ma peur de ne pas être aimée. Lorsque je croisais quelqu’un qui me regardait en ville, je me demandais si j’étais mal coiffée ou si j’avais des habits inadéquats ou encore un bouton sur le nez. Impossible pour moi d’imaginer que l’on puisse me regarder simplement par sympathie ou parce que pour mon âge je suis, "comme qui dirait", pas trop mal. Mon manque de confiance en moi et ma peur de ne pas être aimée me faisaient accepter tout et n’importe quoi. Cette peur m’a fait faire des choses que je ne voulais pas mais pour lesquelles je n’osais pas dire non par peur du rejet.
 
Après 8 séances (au début, je n’y croyais pas trop mais j’étais prête à tout pour changer cette vie), ma vie a énormément changé. Dans la rue quand on me regarde maintenant, je souris et suis flattée par les regards des gens. Je m’habille comme j’aime sans me poser de questions : j’ose enfin être moi, suivre mes goûts et mes envies. Ma vie professionnelle a changé. Au culot je me suis présentée pour un poste de secrétaire, rien à perdre – tout à prendre, et j’ai obtenu le poste sur 160 dossiers reçus. J’ai aussi eu une rupture sentimentale… ça fait mal mais… s’il n’a pas voulu de moi ce n’est pas parce qu’il m’a trouvé nulle, moche, ou… mais tout simplement parce que cette histoire ne devait pas être, voilà tout.
 
Je pourrais écrire des pages d’exemples pour lesquels j’ai observé des changements depuis mes séances avec Virginie. Je vous dis simplement que pour moi… elles ont été d’une aide précieuse. A vous de savoir si vous voulez changer et vous décharger enfin de ces sacs à dos encombrants qui vous pourrissent votre vie.
 
Un grand merci à Virginie qui non seulement est un bonne thérapeute, mais également une personne très sympathique.
 
juillet 2008
 

Patrice, 35 ans 
 
Cela fait plusieurs années que je cherchais par tous les moyens à améliorer certains traits de mon caractère, mais sans résultat. Puis un jour, en écoutant la radio, j’ai vaguement entendu parler de l’étiopsychologie®.
 
J’ai décidé de te contacter, sans trop y croire. Mais voilà... au fur et à mesure des séances et sans devoir faire quoi que ce soit, j’ai vu un grand changement dans mes attitudes et mon caractère s’améliorait de jour en jour.
 
Alors je voudrais te dire un ENORME MERCI pour ta gentillesse et tout ce que tu as fait pour moi.
 
juillet 2008
 

Manon, 16 ans 
 
A celle qui a pu trouver les mots
Pour apaiser, un instant, tous mes maux
 
A celle qui m’enveloppait de foi
Lorsque j’avais froid
 
A celle qui oeuvre pour qu’en moi je croie
Et me bouscule pour que je fasse des choix
 
A celle qui m’a pris dans les bras lorsque je pleurais
Malgré tout ce qu’en elle ça remuait
 
A celle qui a su éveiller en moi sans même le connaître
Le courage d’aimer mon "être"
 
Pour tout cela du fond du coeur
Merci ma soeur
 
juin 2008


Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai compris qu’en toutes circonstances, j’étais à la bonne place, au bon moment. Et alors, j’ai pu me relaxer.
Aujourd’hui je sais que cela s’appelle...
L’ESTIME DE SOI.
 
Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai pu percevoir que mon anxiété et ma souffrance émotionnelle n’étaient rien d’autre qu’un signal lorsque je vais à l’encontre de mes convictions.
Aujourd’hui je sais que cela s’appelle...
L’AUTHENTICITE.
 
Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai cessé de vouloir une vie différente et j’ai commencé à voir que tout ce qui m’arrive contribue à ma croissance personnelle.
Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle...
LA MATURITE.
 
Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai commencé à percevoir l’abus dans le fait de forcer une situation ou une personne, dans le seul but d’obtenir ce que je veux, sachant très bien que ni la personne ni moi-même ne sommes prêts et que ce n’est pas le moment…
Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle...
LE RESPECT.
 
Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai commencé à me libérer de tout ce qui n’était pas salutaire, personnes, situations, tout ce qui baissait mon énergie.
Au début, ma raison appelait cela de l’égoïsme.
Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle...
L'AMOUR PROPRE.
 
Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai cessé d’avoir peur du temps libre et j’ai arrêté de faire de grands plans, j’ai abandonné les méga-projets du futur.
Aujourd’hui, je fais ce qui est correct, ce que j’aime quand cela me plait et à mon rythme.
Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle...
LA SIMPLICITE.
 
Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai cessé de chercher à avoir toujours raison, et je me suis rendu compte de toutes les fois où je me suis trompé.
Aujourd’hui, j’ai découvert... L'HUMILITE.
 
Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai cessé de revivre le passé et de me préoccuper de l’avenir.
Aujourd’hui, je vis au présent, là où toute la vie se passe. Aujourd’hui, je vis une seule journée à la fois.
Et cela s’appelle... LA PLENITUDE.
 
Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai compris que ma tête pouvait me tromper et me décevoir. Mais si je la mets au service de mon coeur, elle devient une alliée très précieuse !
 
Tout ceci, c’est... LE SAVOIR VIVRE.
Nous ne devons pas avoir peur de nous confronter. Du chaos naissent les étoiles.
 
Kim Mc Millen
(texte souvent cité par Charlie Chaplin)

Pour Carl Gustav Jung, il y a en chacun de nous, enfouis dans notre inconscient, des aspects inacceptables et cachés de notre personnalité qui s'opposent à notre personne consciente et à l'image que nous voudrions donner autant à autrui qu'à nous-mêmes.

Il s'agit de tout ce que nous jugeons moralement répréhensible, méprisable et inférieur en nous.

Cette part cachée de notre personnalité, Jung l'a appelée "ombre" car c'est un aspect de nous relégué dans l'obscurité de notre inconscient, un point faible que nous refusons généralement de voir et que nous rejetons violemment, souvent en l'attribuant à autrui.

Jung pense que l'on ne peut devenir un être épanoui et complet si l'on ne prend pas conscience de nos faiblesses, de ces aspects reniés de nous-mêmes, de cette part cachée et sombre qui fait intégralement partie de notre personnalité.

 
 


Accueil
L'étiopsychologie®
La MLC©
Formations
Contact
Plan du site